Accueil > Artistes > Marcus Miller

Marcus Miller

1959 -

Origine : États-Unis

Instrument principal : Basse/contrebasse/violoncelle

Genres : Jazz, Jazz fusion, R&B/Soul/Funk

Avec Stanley Clarke et Jaco Pastorius, le New-Yorkais Marcus Miller est l'un des bassistes les plus influents de la période contemporaine. Le multi-instrumentiste, compositeur et producteur commence sa carrière comme musicien de studio. Parmi ses plus célèbres clients se trouvent le trompettiste Miles Davis, avec qui il collaborera sur scène et sur disque, et le chanteur Luther Vandross, à qui il offre de nombreuses pièces à succès. Artiste touche-à-tout, Miller trouve également le temps de composer pour le cinéma et, depuis la fin des années 1990, de mener une fructueuse carrière de soliste.

MARCUS MILLER EN LIGNE
Partager :

Avec Stanley Clarke et Jaco Pastorius, le New-Yorkais Marcus Miller est l'un des bassistes les plus influents de la période contemporaine. Le multi-instrumentiste, compositeur et producteur commence sa carrière comme musicien de studio. Parmi ses plus célèbres clients se trouvent le trompettiste Miles Davis, avec qui il collaborera sur scène et sur disque, et le chanteur Luther Vandross, à qui il offre de nombreuses pièces à succès. Artiste touche-à-tout, Miller trouve également le temps de composer pour le cinéma et, depuis la fin des années 1990, de mener une fructueuse carrière de soliste.

Talent et curiosité

Marcus MMarcus Milleriller voit le jour à Brooklyn au sein d'un foyer sensible à la musique - son père touche l'orgue et dirige une chorale. Ses capacités d'apprentissage sont telles qu'à l'âge de 13 ans, le jeune Marcus manie déjà la clarinette, le piano et la basse. C'est cependant à ce dernier instrument qu'il accorde sa préférence.

Curieux de nature, le jeune Marcus goûte à tous les styles musicaux. Il est particulièrement influencé par Larry Graham, bassiste chez Sly Stone et leader de la formation Graham Central Station, dont il adoptera le style percussif.

À 15 ans, l'adolescent se produit régulièrement à New York. Il assume bientôt le double emploi de bassiste et de compositeur auprès de la flûtiste Bobbi Humphrey et du claviériste Lonnie Liston Smith.

En peu de temps, Miller devient un des musiciens de studio les plus sollicités en ville. Ses services sont retenus par Grover Washington Jr, Aretha Franklin, Roberta Flack et tutti quanti - la liste s'allongera au fil des ans pour atteindre le cap des quelque 400 collaborations...

En 1981, le bassiste est recruté par Miles Davis, qui lui fait une place au sein de son groupe de tournée. Miller suit les traces de son cousin, le pianiste Wynton Kelly, qui avait travaillé pour le célèbre trompettiste à la fin des années 1950 et au début des années 1960.

Et quelques chapeaux de plus...Marcus Miller

Pendant ses deux années sur la route, le musicien commence à se consacrer à la production de disques. En 1980, il préside ainsi à l'accouchement de Voyeur, du saxophoniste David Sanborn, dont il compose également quelques titres. Tout au long de la décennie, il fera de même pour une pléaide d'artistes, de Chaka Khan à Wayne Shorter en passant par Luther Vandross.

En 1986, Miller renoue avec Miles Davis. Il prend la charge de l'album Tutu, assumant pour l'occasion les triples responsabilités de compositeur, musicien et producteur. Il fait également sentir sa présence sur Music from Siesta (1987) et Amandla (1989).

Parallèlement, le polyvalent artiste compose pour le cinéma. Il se charge de la trame sonore des longs métrages House Party, Boomerang, Ladies' Man et Deliver Us from Eva, en plus de co-signer la pièce à succès Da Butt pour School Daze, de Spike Lee.

Au cours des années 1990, Miller continue de jouer sur plusieurs tableaux. Donnant suite à ses premiers enregistrements en solo, commis 10 ans plus tôt, il propose The Sun Don't Lie (1993), Tales (1995) et Live & More (1997).

M au carré

L'album M2 inaugure le nouveau millénaire de belle façon. Enregistrée avec le concours d'une équipe d'étoiles comprenant Herbie Hancock, Wynton Marsalis et Lenny White, l'oeuvre remporte le Grammy dans la catégorie Meilleur album de jazz contemporain en 2001.

L'année suivante, Miller s'arrête pour la première fois au Festival. Dans la foulée, les meilleurs moments de sa tournée 2002 sont échantillonnés sur le bootleg officiel intitulé The Ozell Tapes, qui révèle un musicien au sommet de son art.

Après s'être re-posé chez nous en 2004, Miller effectue sa troisième visite au Festival en 2008. L'artiste dévoile le contenu de l'album Marcus, qui contient des pièces funky comme Blast, Funk Joint, Strum et Pluck, mettant en évidence son incroyable maîtrise du slap.

En 2010, Miller présente le concert Tutu Revisited dans le cadre de Jazz à l'année. Deux ans plus tard, il revient se produire au Festival, cette fois avec Stanley Clarke et Victor Wooten.

L'album solo Renaissance paraît en août 2012.

Marcus Miller

Vous voulez nous faire part de vos commentaires sur cette fiche ou nous signaler une erreur ?
Écrivez-nous à l'adresse webmestre_jazz@equipespectra.ca.

Index d'artistes

Nom de l'artiste ou du groupe

Afficher les artistes de l'année :

Afficher les artistes du genre musical :


Afficher les artistes
dont l'instrument musical est :

Recherche d'artistes par pays ou province :

Lien vers cette vidéo