Accueil > Artistes > Brian Setzer

Brian Setzer

1959 -

Origine : États-Unis

Instrument principal : Guitare acoustique/guitare électrique

Genres : Big Band, Rock, Swing

Depuis ses débuts au sein des Stray Cats, à l'aube des années 1980, Brian Setzer est toujours resté fidèle à ses premières amours. Même quand le guitariste décide de monter un big band, pendant les années 1990, il reste en prise directe avec ses racines rock'n'roll. Performer généreux et éminemment charismatique, Setzer est reconnu pour l'intensité de ses spectacles. En 1994, flanqué d'un grand orchestre digne de Count Basie, il offre au Festival une soirée d'anthologie. Seize ans plus tard, le Brian Setzer Orchestra a l'honneur d'animer la soirée d'ouverture sur la Place des Festivals.

BRIAN SETZER EN LIGNE
Partager :
VOUS AIMEREZ AUSSI :

Depuis ses débuts au sein du trio Stray Cats, à l'aube des années 1980, Brian Setzer est toujours resté fidèle à ses premières amours. Même quand le guitariste décide de monter un big band, au milieu des années 1990, il reste en prise directe avec ses racines rock'n'roll. Performer généreux et éminemment charismatique, Setzer est reconnu pour l'intensité de ses spectacles. Brian Setzer (photo: Jean-François Leblanc)En 1994, flanqué d'un grand orchestre digne de Count Basie, il offre au Festival une soirée d'anthologie. Seize ans plus tard, le Brian Setzer Orchestra a l'honneur d'animer la soirée d'ouverture sur la Place des Festivals.

Brian Setzer voit le jour à Massapequa, dans l'État de New York. Il a huit ans lorsqu'on lui offre son premier instrument, un euphonium, dans lequel il soufflera sérieusement pendant une dizaine d'années. Le jeune homme qui rêve de mener son propre big band s'intéresse de près au jazz. Il prête aussi l'oreille au rock'n'roll et au R&B des années 1940 et 1950.

Exil et retour triomphant

À la fin des années 1970, Setzer s'associe à deux copains d'adolescence, Slim Jim Phantom (batterie) et Lee Rocker (basse et contrebasse), avec qui il chante et joue de la guitare dans les bars de la région de New York.

Après avoir enregistré une maquette sous le nom de Brian & The Tom Cats, les musiciens partent tenter leur chance en Angleterre à l'été 1980. Rebaptisée Stray Cats, la formation se fait rapidement remarquer par ses performances scéniques pleines d'énergie. Setzer et ses acolytes sont à l'origine de la vague rockabilly qui déferle à l'époque au pays de Sa Majesté.

Battant le fer pendant qu'il est chaud, le groupe entre en studio et grave deux disques en 1981. L'année suivante, les Stray Cats reviennent en Amérique en conquérants. Condensé de leurs premiers enregistrements, la compilation Built for Speed cartonne grâce à des morceaux comme Rock This Town et Stray Cat Strut, dont les clips sont par ailleurs largement diffusés par la chaîne MTV. L'album Rant N'Rave with the Stray Cats, qui sort en 1983, est du même tonneau que les précédents. On y retrouve un autre tube, (She's) Sexy + 17.

L'appel du large

En 1984, Brian Setzer décide d'entreprendre une carrière en solitaire - il continuera tout de même d'enregistrer ponctuellement avec les Stray Cats au cours des 10 années qui suivront. Son premier disque solo voit le jour en 1986. De facture plus actuelle, The Knife Feels Like Justice évoque le travail de John Mellencamp et Bruce Springteen. Trois ans plus tard, Setzer lance Live Nude Guitars à son compte. Il retrouve aussi ses amis Félins pour le disque Blast Off.

En 1994, le musicien réalise enfin son rêve de jeunesse : assembler un grand orchestre. Sa formation devient bientôt le fer de lance d'un revival jump blues et swing. Un premier album crédité au Brian Setzer Orchestra paraît en 1994. Cette année-là, la troupe entreprend une tournée qui culmine par un premier passage remarqué au Festival. Pressenti pour donner un grand spectacle extérieur, le BSO se produit finalement deux soirs au Spectrum. La formation revient à Montréal l'année suivante, puis en 1997.Brian Setzer (photo: Denis Alix)

Setzer pose sa griffe sur deux nouveaux enregistrements en 1998. L'album solo Rockin' by Myself réunit quelques titres originaux ainsi que des standards rock des années 1950. Troisième album du Brian Setzer Orchestra, The Dirty Boogie parvient à se faufiler dans le top 10 aux États-Unis.

À cette époque, Setzer partage son temps entre divers projets en solitaire et son big band, qui tourne et endisque fréquemment. En 2004, il participe à une énième reformation des Stray Cats, qui jouent en Europe et lancent, la même année, l'album live Rumble in Brixton.

En 2009, le Brian Setzer Orchestra donne un concert mémorable à la Salle Wilfrid-Pelletier lors de la 30e édition du Festival. De retour en 2010, le coloré musicien et son big band ont alors l'honneur de livrer le spectacle d'ouverture extérieur devant des dizaines de milliers de personnes réunies sur la Place des Festivals.Brian Setzer (photo: Victor Diaz Lamich)

Vous voulez nous faire part de vos commentaires sur cette fiche ou nous signaler une erreur ?
Écrivez-nous à l'adresse webmestre_jazz@equipespectra.ca.

Index d'artistes

Nom de l'artiste ou du groupe

Afficher les artistes de l'année :

Afficher les artistes du genre musical :


Afficher les artistes
dont l'instrument musical est :

Recherche d'artistes par pays ou province :

Lien vers cette vidéo