Accueil > Artistes > Bobby McFerrin

Bobby McFerrin

1950 -

Origine : États-Unis

Instrument principal : Voix

Genres : Jazz vocal, Musique classique, Pop

Le musicien virtuose Bobby McFerrin naît de parents chanteurs d'opéra. Il découvre sa vocation sur le tard, mais sa voix couvrant quatre octaves et ses talents d'improvisateur feront rapidement vive impression. L'artiste se distingue tout particulièrement par sa virtuosité et sa polyvalence. Passé maître dans l'art du scat et des percussions vocales, McFerrin met son talent au service du jazz, de la pop ou de la musique classique, toujours avec le même succès. Cet artiste exubérant est un hypnotiseur de foules qui sait garder son auditoire sous un charme presque magique. Sa façon ludique et imaginative de concevoir la musique s'accompagne d'un engagement artistique total.

BOBBY MCFERRIN EN LIGNE
Partager :
VOUS AIMEREZ AUSSI :

Le musicien virtuose Bobby McFerrin naît de parents chanteurs d'opéra. Il découvre sa vocation sur le tard, mais sa voix couvrant quatre octaves et ses talents d'improvisateur feront rapidement vive impression. L'artiste se distingue tout particulièrement par sa virtuosité et sa polyvalence. Passé maître dans l'art du scat et des percussions vocales, McFerrin met son talent au service du jazz, de la pop ou de la musique classique, toujours avec le même succès. Cet artiste exubérant est un hypnotiseur de foules qui sait garder son auditoire sous un charme presque magique. Sa façon ludique et imaginative de concevoir la musique s'accompagne d'un engagement artistique total.

Exemples à suivreBobby Mcferrin

Né à New York le 11 mars 1950, Bobby McFerrin est le fils de deux chanteurs d'opéra. Robert McFerrin père est le premier soliste afro-américain à se produire au Metropolitain Opera. Sarah McFerrin est une soprano qui enseigne au Fullerton College.

Le petit Bobby commence à étudier la théorie musicale à six ans. Lorsque sa famille déménage à Los Angeles, il se met à la clarinette. Le musicien en herbe passe au piano après s'être fait installer un appareil dentaire.

Il continue à travailler le clavier pendant ses études à l'université California State puis, une fois son diplôme obtenu, accompagne la troupe Ice Follies en tournée américaine. S'ajoutent à la même époque quelques engagements au sein de divers cover bands.

Lève-toi et chante

En 1977, McFerrin se lève de son tabouret de pianiste pour s'essayer comme chanteur avec la formation Astral Project. Il quitte bientôt La Nouvelle-Orléans pour San Francisco. Là, il fait la connaissance du comédien Bill Cosby, qui lui ouvre les portes du Playboy Jazz Festival en 1980.

Bobby McferrinL'année suivante, l'artiste fait une apparition triomphale au Kool Jazz Festival, à New York. Un premier album éponyme voit le jour en 1982. Notre homme tourne avec Herbie Hancock et Wynton Marsalis, puis entreprend une série de concerts à caractère expérimental.

En 1983, McFerrin joue d'audace et monte un spectacle solo a cappella, qu'il présente avec succès en Allemagne. L'artiste en tire un enregistrement live, The Voice, lancé par Elektra en 1984. Il s'agit du tout premier album de jazz vocal de ce genre à paraître sur une étiquette majeure.

McFerrin débarque au Festival en fanfare cette année-là. Il reviendra en 1987 et en 1988. Le public montréalais ne s'y trompe pas et réserve un accueil des plus chaleureux au virtuose.

La sortie de l'album Simple Pleasures (1988) est marquante. On y retrouve une petite chanson inoubliable qui fera connaître son auteur partout à travers le monde. Créée spontanément en studio, Don't Worry, Be Happy deviendra numéro 1 dans les palmarès en plus d'être désignée Disque de l'année et Chanson de l'année aux Grammys.

Pause classique

Plutôt que de surfer sur ce succès inattendu, l'artiste décide alors de prendre une « sabbatique » pour se familiariser avec la direction d'orchestre. Il a comme professeurs les célèbres maestros Leonard Bernstein, Gustav Meier et Seiji Ozawa. En 1990, le jour de son 40e anniversaire, McFerrin monte sur le podium de l'Orchestre symphonique de San Francisco.

À la même époque, l'artiste en profite pour ajouter quelques couleurs à sa palette. Capté devant public, le disque Play (1990) rend compte d'une série de concerts livrés avec le pianiste jazz Chick Corea. Hush (1992) voit McFerrin collaborer avec le violoncelliste Yo-Yo Ma.

En 1994, l'artiste est nommé directeur de la création de l'Orchestre de chambre de St. Paul, au Minnesota. Il dirige l'ensemble pour son premier enregistrement à titre de chef d'orchestre, Au programme de Paper Music (1995) : Mendelssohn, Mozart, Bach, Stravinsky et Tchaïkovsky, entre autres compositeurs.

Le reste de la décennie est notamment marqué par la naissance de deux projets axés sur l'expérimentation vocale. Bang! Zoom (1995) est constitué de compositions originales ainsi que d'une reprise de Selim, de Miles Davis. L'audacieux Circlesongs (1997) compte sur l'apport de Voicestra, l'ensemble vocal formé par le chanteur à la fin des années 1980.

En 2003, McFerrin passe par le Festival pour la cinquième fois. Cette année-là, il est le lauréat du Prix Ella-Fitzgerald, qui lui est remis pour l'excellence de sa contribution au jazz vocal. L'artiste est de retour deux ans plus tard.

Début 2010, l'artiste crée l'opéra improvisé Bobble. Cette œuvre de 90 minutes entièrement a cappella est montée à Moscou par la foundation Musical Olympus. McFerrin partage la scène avec 16 autres chanteurs.

L'album Spirityouall paraît en 2013.

Bobby McFerrin

Vous voulez nous faire part de vos commentaires sur cette fiche ou nous signaler une erreur ?
Écrivez-nous à l'adresse webmestre_jazz@equipespectra.ca.

Index d'artistes

Nom de l'artiste ou du groupe

Afficher les artistes de l'année :

Afficher les artistes du genre musical :


Afficher les artistes
dont l'instrument musical est :

Recherche d'artistes par pays ou province :

Lien vers cette vidéo