Accueil > Artistes > John Scofield

John Scofield

1951 -

Origine : États-Unis

Instrument principal : Guitare acoustique/guitare électrique

Genre : Jazz

À l'œuvre depuis les années 1970, John Scofield fait sa place au soleil au début de la décennie suivante, lorsqu'il associe sa destinée musicale à celle de Miles Davis. Depuis, le guitariste, compositeur et arrangeur s'est imposé comme l'un des plus importants innovateurs du jazz moderne. Son style bien particulier emprunte à parts égales au post-bop, au jazz fusion et au funk. Artiste caméléon, Scofield revendique une riche discographie frappé du sceau de la curiosité musicale.

JOHN SCOFIELD EN LIGNE
Partager :
VOUS AIMEREZ AUSSI :

À l'œuvre depuis les années 1970, John Scofield fait sa place au soleil au début de la décennie suivante, lorsqu'il associe sa destinée musicale à celle de Miles Davis. Depuis, le guitariste, compositeur et arrangeur s'est imposé comme l'un des plus importants innovateurs du jazz moderne. Son style bien particulier emprunte à parts égales au post-bop, au jazz fusion et au funk. Artiste caméléon, Scofield revendique une riche discographie frappé du sceau de la curiosité musicale.

Né à Dayton, en Ohio, le 26 décembre 1951, John Scofield grandit dans une banlieue du Connecticut. Trouvant son inspiration du côté des musiciens de rock et de blues, il se met à la guitare à l'âge de 11 ans. De 1970 à 1973, l'aspirant musicien étudie au prestigieux Berklee College of Music et se produit dans diverses salles de la région de Boston.

Oeuvre de jeunesseJohn Scofield

Au milieu des années 1970, Scofield a l'occasion d'endisquer pour la première fois lorsqu'il accompagne Gerry Mulligan et Chet Baker sur la scène de Carnegie Hall. Le concert fait l'objet d'un album double lancé en 1974. Le guitariste peut bientôt ajouter à son CV un engagement studio pour Charles Mingus et une résidence au sein du quartette de Gary Burton, en remplacement de Pat Metheny.

En 1980, Scofield lance sa carrière de leader. Flanqué du bassiste Steve Swallow et du batteur Adam Nussbaum - qui sera plus tard remplacé par Bill Stewart -, il fait paraître le disque Bar Talk.

Notre homme se retrouve soudainement sous les projecteurs lorsque, à partir de 1982, il met son talent au service de Miles Davis. En plus d'accompagner le trompettiste en tournée, il participe à l'enregistrement des albums Decoy, Star People et You're Under Arrest. Parallèlement, Scofield continue d'endisquer sous son nom. Electric Outlet (1984) et Still Warm (1985) mettent en valeur ses talents de compositeur.

L'Américain rend sa première visite au Festival International de Jazz de Montréal en 1987. Il revient deux ans plus tard et partage cette fois l'affiche avec un autre guitariste surdoué, Bill Frisell. La même année, Scofield signe chez Blue Note. C'est le début d'une période riche en collaborations avec les McCoy Tyner, Chick Corea, Toots Thielemans, Joe Lovano, Pat Metheny, et Frisell encore lui.

En verve

Il importe de signaler le changement d'adresse effectué en 1996 : le guitariste se retrouve alors chez Verve Records et fait paraître Quiet, un disque à saveur acoustique dont la facture est bonifiée par une riche section de cuivres. L'année suivante paraît A Gogo, créé avec l'aide du dynamique trio d'avant-jazz Medeski, Martin & Wood.

De retour au Festival en 1997, Scofield répond à l'invitation du claviériste Herbie Hancock et participe au concert New Standards avec les Jack DeJohnette, Michael Brecker et Dave Holland. En 1998, il hisse la barre de quelques crans et livre pas moins de sept concerts. Exploit olympien pour un artiste en pleine forme - physique et artistique...

Alors que d'autres se contentent de faire et refaire le même disque, Scofield aime bien se ressourcer de loin en loin. En 2001, laissant de côté ses grooves funky, le guitariste ravive ses racines jazz. Résultat : Works for Me, une œuvre à laquelle participe le pianiste Brad Mehldau. Quatre ans plus tard, il participe à That's What I Say, hommage au regretté Ray Charles.

En 2007, le guitariste passe par le Festival pour une onzième fois. Deux ans plus tard, il procède à une nouvelle pirouette stylistique et en enregistre Piety Street, sur lequel il reprend des standards du répertoire gospel à sa manière.

Vous voulez nous faire part de vos commentaires sur cette fiche ou nous signaler une erreur ?
Écrivez-nous à l'adresse webmestre_jazz@equipespectra.ca.

Index d'artistes

Nom de l'artiste ou du groupe

Afficher les artistes de l'année :

Afficher les artistes du genre musical :


Afficher les artistes
dont l'instrument musical est :

Recherche d'artistes par pays ou province :

Lien vers cette vidéo